La micro et moi : les années 80

17 comments

sebbbl
60
6 months agoBusy4 min read

Mon précédent article sur mes 20 ans de réseaux sociaux a déclenché chez moi une vague de nostalgie. Je me suis remémoré mes tout débuts en micro, et je suis allé fouiller tout au fond de mes souvenirs. Et je dois dire qu'il y a un paquet de choses à raconter ! Nous voici plongés 35 ans en arrière, au moment où je découvre mes premiers pixels... et aussi bizarre que ça me fasse de le dire... mon père était un peu geek sur les bords quand même !

Pong, les premiers pixels à la maison

Bon, pas vraiment les premiers pixels, on avait la télé, mais vous voyez ce que je veux dire. Ben voilà, on a démarré avec une console type Pong. Je dis "type Pong", car le jeu a connu un tel succès qu'il y a bien dû y avoir une bonne centaine de consoles différentes avec ce jeu pré-programmé. Ben oui, pas de cartouche à cette époque !

téléchargement.png

Le jeu se branchait sur la prise d'antenne (véridique !) et il fallait faire une recherche de chaîne en tournant cette minuscule molette jusqu'à ce que la neige à l'écran fasse place à cette petite merveille sous nos yeux ébahis, à mon frère et à moi ! La console disposait de 6 jeux, mais tous basés sur le principe de Pong : des cubes qui rebondissaient sur des raquettes. Par 2, par 4, en maniant la raquette ou en visant la raquette...

image.png

Ça a été le point d'entrée de la technologie dans ma vie, l'origine de tout...

1985 : premier ordi

Alors qu'en CM1-CM2 je manipulais des Thomson MO-5 et TO7-70 (et son futuriste crayon optique !), le premier ordi est arrivé à la maison. Et loin des stars Amstrad CPC 464 et 6128, c'était un Tandy MC-10, aussi connu sous la marque Alice, qui a vu mes premières lignes de BASIC.

Je ne vais pas vous dresser la fiche technique de la bête, une calculatrice programmable fait bien mieux aujourd'hui, juste décrire l'ensemble. Il se branchait en Péritel, disposait d'un module mémoire amovible, et utilisait comme support de stockage de vulgaires cassettes audio, lues par un tout aussi vulgaire magnétophone (je sens que j'en ai perdus en chemin, là, je reviendrai sur ces vieilleries un autre jour). Autant dire que le seul programme original qu'on avait, un flipper, mettait des siècles à se charger, quand la lecture ne buggait pas !

image.png

Et quand on en avait marre du flipper, on codait, enfin, on recopiait nos propres programmes en basic, pour jouer au morpion ou à la bataille navale. Les graphismes étaient inexistants, mais on avait la joie et la fierté d'avoir tapé le programme nous-mêmes. Et il fallait faire vraiment gaffe, pas de copier-coller sur cette machine !

Les autres machines rencontrées à cette époque

J'ai rencontré de nombreuses machines, consoles de jeu comprises, durant cette décennie. J'ai croisé chez un copain une Atari 2600 sur laquelle on a usé le joystick sur Pac-Man, puis un Amstrad CPC 464 puis 6128. Nous avons aussi eu une Sega Master System. Enfin, mon oncle avait un Atari 520 ST sur lequel je me suis bouffé du Test Drive, encore et encore... Oh, et comment oublier la console Vectrex et son gameplay ultra-novateur, sur laquelle je reviendrai peut-être un de ces jours...

La vache, ça passe vite, 10 ans. Et cette décennie a été pour moi celle de l'émerveillement vidéoludique. Le point de départ d'une passion qui ne s'est hélas vraiment révélée qu'après mes études, mais vous en saurez plus au prochain épisode...

Allez, la parole est à vous !

Comments

Sort byBest