New to Busy?

Les préjugés à l'encontre du logiciel libre

6 comments

ixindamix
65
last yearSteemit5 min read

Qu'il est bien difficile de faire changer les mentalités autour du sujet délicat du libre et de l'open-source ! Si comme moi, vous militez pour une utilisation généralisé de ce type de philosophie, appliqué au domaine de l'informatique et des nouvelles technologies, il se peut que vous vous confrontiez continuellement à un refus catégorique ou à des idées déjà toutes faites. Ces préjugés, véhiculés par une croyance approximative et totalement absurde, font encore les beaux jours des grandes corporations du secteur qui jouent habilement sur la confusion que le grand public porte à l'intention des logiciels libres. Voici un florilège d'arguments totalement infondés auquel je me heurte quotidiennement... Parfois, j'ai l'impression d’être Don Quichotte, chevauchant son fidèle destrier, à l'assaut de moulins à vents...

Le libre et l'Open Source sont des dangers potentiel pour la confidentialité

Il y a peu, j'ai eu droit à assister à un entretien individuel annuel qui est un événement obligatoire afin d'évaluer mes capacités professionnels. Ce rendez-vous est donc l'occasion d'échanger, durant quelques heures, son parcours professionnel ainsi que ses perspectives d'avenir dans l'entreprise et ce auprès de son dirigent. Pendant quelques instants, nous avions quelques peu dévié de sujet pour aborder le cas de la transition numérique de l'entreprise. Je n'ai pas hésité à émettre mes réserves quand à l'utilisation de postes informatiques sous licence Microsoft ainsi que les smartphones, comprenant une pelleté de logiciels propriétaires en provenance de la firme de Redmond, actuellement distribué par la direction à chaque agents.

Dans un éclair de lucidité, j'ai alors soumis l'idée qu'il serait intéressant économiquement parlant mais aussi pour des raisons de sécurité, de faire la bascule du coté de Linux au lieu de dépenser un fric monstre auprès des multiples licence d'utilisation. De plus, pour un usage purement bureautique, un simple Raspberry Pi serait largement suffisant et peu onéreux, permettant ainsi une meilleure modularité et mobilité. On peut l'emporter avec soit, le brancher au bureau et le connecter rapidement d'écrans en écrans. Ne parlons même pas de la consommation énergétique qui serait ainsi revu à la baisse !

La réaction ne s'est pas fait attendre, avec un refus catégorique de la part de mon supérieur hiérarchique. Celui ci prétextant que les règles lié au domaine du libre serait un danger potentiel pour notre base de données clientèle et matériel. Je suis resté quelque peu consterné par cette réaction qui dévoile la une méconnaissance du fonctionnement des licences instauré par la FSF. Car il ne s'agit pas la d'ouvrir toutes les données d'une société, mais plutôt de partager et publier le code employé pour la conception de ses propres outils. La SNCF aurait tout à gagner de procéder de la sorte.

Puisqu'en plus de donner une image innovante, celle ci pourrait être à la pointe de la technologie tout en donnant une dimension participative à la création de ses systèmes et logiciels. Ce qui aurait pour effet de niveler par le haut, la conception de logiciels professionnels pour le domaine public. Qui plus est, la confidentialité des données n'est pas le soucis primordiale de Microsoft qui n'hésite point à laisser des brèches géantes dans leurs productions et de manière intentionnel. Les révélations de Snowden ne vous ont pas suffis ? A croire que les gens ont la mémoire courte...

Pour utiliser Linux il faut avoir des talents de Hacker

Souvent, lorsque je fais mention de mon admiration et de ma passion pour le logiciel libre, je fais office de curiosité, de bizarrerie, voir de crainte pour la plupart des novices. Ceux ci n'hésitant pas à me cataloguer de nerd ou bien encore de hacker qui passerait sa vie sur des lignes de commandes indéchiffrables. Je me dois donc de faire tomber un mythe bien ancré dans les esprits : Oui je connais une bonne partie des commandes Bash, mais non je ne sais en aucun coder que ce sois dans n'importe quel type de langage. Depuis bien des années, Linux et autres BSD apparentés sont devenus plus qu'accessible pour le commun des mortels. Le temps ou le maniement du terminal de commande de façon systématique est pratiquement révolu.

A partir d'une simple interface graphique, il est désormais possible de reproduire ce que l'on retrouve sur les autres plateformes et cela avec le même confort d'utilisation. Toujours dans la même veine que le sujet précédemment abordé, il s'agit d'une crainte totalement infondé et absurde qui se propage dans l'esprit des personnes. Bien entendu, le fonctionnement n'est pas forcement similaire et il faut un petit temps d'adaptation afin d'assimiler toutes les subtilités d'un système d'exploitation libre. Pourtant, lorsque vous vous retrouviez pour la première fois devant l'écran d'un PC, quel était votre réaction à ce moment ? Ne fallait il pas un peu de temps pour pouvoir assurer la prise en main d'un OS ? Il faut essayer et persévérer avant de porter un jugement un peu trop hâtif !

Décidément, du travail reste encore à fournir afin de changer les mentalités. Je ne suis pas dans le jugement, ni dans le prosélytisme absolue d'une quelconque plateforme. Toutefois, je constate que ces légendes urbaines vont bon train et ne vont pas forcément dans l’intérêt du consommateur ni des entreprises qui sont encore sous le joug des GAFA. Toujours sous la contrainte perpétuel, propagé par les inepties et la crainte alimenté par ces propres corporation afin d’asseoir leurs suprématies. Ou comment ce rendre indispensable en propageant l'ignorance...

Comments

Sort byBest