New to Busy?

Le smartphone ... ce n'est pas écolo ! (The smartphone ... it's not green!)

6 comments

iptrucs
64
5 months agoBusy5 min read

image.png
Pratique ... mais pas écolo !

Le smartphone .... vous connaissez tous. Il faut avouer que son emploi multi-fonctions (photos, GPS, mails, vidéo, banque, communications, ....) est d'une grande praticité, à tel point que nous aurions du mal à nous en séparer désormais. Il a sa place dans notre quotidien .... et quelle place lorsque l'on constate que certains vivent l’œil rivé en permanence sur ce précieux outils qui ne les quitte jamais !

Ce n'est pas pour rien qu'il s'en est vendu 1,4 milliard en 2018 (en baisse néanmoins par rapport à 2017) faisant du smartphone un produit phare de la mondialisation.

Mais tout n'est pas rose dans l'univers de cette belle technologie. Il y a quelques temps, je vous avais fait part, à travers mon post intitulé "Quand le smartphone peut être une menace pour les démocraties", de son côté intrusif et espion de notre vie privée.

Le smartphone est un petit bijou de technologie, mais vous êtes-vous déjà posé la question de savoir de quoi il était fait et d'où venaient les matières premières et composants intégrés dans sa coque ?

La phase d'extraction des minerais

image.png
De quoi est fait mon smartphone ?

Pour réaliser un smartphone de quelques centaines de grammes, il faut au moins une quarantaine de minerais dont voici une liste non exhaustive :

👉 Dalle tactile : Indium
👉 Ecran : inclus des terres rares comme : Europium, Yttrium, Lanthane, Praséodyme, Terbium, Gadolinium, ...
👉 Carte électronique : Tungstène, palladium, platine, coltan, ...
👉 Batteries : Lithium, cobalt, ...
👉 ...

A cela, s'ajoutent les matières premières telles les quelques milligrammes d'or et d'argent, le cuivre, l'étain, le palladium, ....

Provenances et dangers

image.png
D'où proviennent les minerais de mon smartphone ?

Pour les terres rares, les principaux pays extracteurs sont la Chine (qui en détient le leadership incontesté), les États-Unis, le Canada, l'Australie et l'Afrique du Sud.
Le danger pour l'environnement est loin d'être négligeable car lors de l'extraction et du raffinage des terres rares, des éléments toxiques sont rejetés dans l'environnement : des métaux lourds, de l'acide sulfurique, et même de l'uranium. Avouez que ce n'est pas très joli, joli !

Il y a également les minerais du sang qui proviennent de zones connaissant de forts conflits armés. Ce sont notamment l’étain, le tantale, l’or, le tungstène ou le coltan. Ils sont extraits et importés principalement d’Afrique, et notamment de la République Démocratique du Congo.

Le lithium (aussi appelé or blanc) est essentiellement importé d'Amérique du Sud (Chili, Argentine, Bolivie, Brésil, ...) mais également d'Australie et de Chine.
Le lithium se présente sous forme de sels. Son extraction a un fort impact sur la nature du paysage, duquel disparaît fréquemment toute vie animale. L'eau, souvent rare, se trouve être contaminée par les nombreux produits chimiques utilisés pour l'extraction. De plus, les réactifs très toxiques sont souvent présents dans les effluents et sont relâchés dans les cours d’eau avoisinants.

Et l'on pourrait continuer ainsi de suite....

Vous conviendrez que ces extractions se font dans des volumes plus que conséquents, surtout si l'on sait que pour un smartphone de 200 grammes, il faut extraire plus de 70 kilos de matières premières .... Les effets négatifs sur notre planète sont immenses.

Mais là ne s'arrêtent pas les tristes ravages écologiques des smartphones car, après la phase d'extraction des minerais, arrivent les phases de production et d'assemblage !

La production et l'assemblage du smartphone

image.png
Et que l'assemblage du Lego Smartphone commence !

Une fois les minerais extraits débute la phase de production qui sera elle-même suivie de la phase d'assemblage. Nos précieux smartphones contiennent en moyenne une trentaine d'éléments en métal ou en plastique. Et pour prouver que cet utilitaire est mondial il suffit de dire que les métaux le composant viennent majoritairement d'Afrique ou d'Asie, que les composants électroniques sont fabriqués en Europe ou en Amérique et que l'assemblage est réalisé par des petites mains asiatiques.

Un sacré patchwork qui, forcément, accroît la pollution du fait des moyens de transports nécessaires, des usines allouées à ces différentes tâches sans oublier les infrastructures logistiques et marketing qui en découlent !

Et, de façon inconsciente, nous aggravons l'état de la Nature en changeant de mobile tous les 2 ans et, très souvent, par effet de mode !

Il existe néanmoins une minuscule lueur d'espoir ....

Une nano lueur d'espoir

image.png
Le smartphone équitable

Il est évident que le smartphone a un fort impact social et environnemental.

Face à cette constatation, une société néerlandaise Fairphone a élaboré un smartphone "équitable" offrant une meilleure durabilité, avec possibilité pour son propriétaire de procéder lui-même à certaines réparations, un approvisionnement éthique en matières premières et des salaires corrects pour les Chinois chargés de sa production.

L'entreprise a déclaré avoir vendu ses 83.000 terminaux de son modèle Fairphone 2. Une goutte d'eau dans l'océan des 1,4 milliard de smartphones vendus à travers la planète bleue en 2018. Mais il faut bien commencer par quelque chose ;).

image.png

Un paradoxe de plus à soulever. Lors des dernières élections européennes, la France a constaté une forte poussée du mouvement écologique mais, a contrario, on ne fait guère évoluer nos habitudes de consommation concernant nos smartphones.
Il en va de même de notre jeunesse qui réclame - à juste titre - une meilleure protection de la planète ... mais n'hésite pas à changer son smartphone quasi tous les ans.
Ayons également le réflexe de l'économie circulaire en faisant réparer ou recycler notre tendre ami le mobile !

Comments

Sort byBest