New to Busy?

Glyphosate : ami ou ennemi ?

6 comments

iptrucs
64
9 months agoBusy7 min read

image.png
Dangereux ou non ?

Régulièrement le glyphosate revient sur le devant de la scène. Dangereux pour les uns, nécessaire pour les autres... entre les deux mon cœur balance ! Tentons de voir, de manière dépassionnée, ce qu'il en est réellement.

La problématique de base

Le monde compte de plus en plus d'êtres humains, cela est une réalité. Il faut donc nourrir plus de personnes avec des sols qui ne sont pas extensibles. L'équation est bien difficile à résoudre car il existe peu de solutions.

L'une d'entre elles consiste à gagner des terres arables. Pas facile avec l'extension des villes, donc cela se fait souvent au détriment des forêts. Mais qui dit moins de forêts, dit recul de la biodiversité. Il s'ensuit alors un impact sur le climat car la suppression des arbres libère beaucoup de carbone dans l'atmosphère ce qui accélère le réchauffement climatique ... contre lequel on essaye de se battre.
Les choses commencent mal !😥

La seconde solution consiste à rendre plus "productives" les surfaces cultivables. Et pour cela, nous avons recourt aux engrais pour fertiliser les sols puis aux pesticides et herbicides pour les protéger.

Cette substance divise le monde agricole opposant les pro-glyphosate versus les anti-glyphosate (adeptes de la culture bio). Chacun s'opposant sur des arguments tels l'impact sur la santé, les économies de labour et/ou de personnel, le coût des pesticides, la rentabilité, la productivité,...

Mais qu'est-ce que le glyphosate ?

Le glyphosate

image.png

Son invention est Suisse et, de façon fortuite, dans les années 1950, Monsanto en découvrit son pouvoir herbicide.
La molécule de glyphosate est un herbicide total foliaire systémique, c'est-à-dire qu'au contact des feuilles, le désherbant se trouve alors véhiculé par la sève jusqu’aux racines ce qui entraîne la destruction en profondeur des mauvaises herbes. En d'autres termes, cet herbicide est efficace même si la pulvérisation n'a atteint qu'une partie de sa cible. Diablement redoutable.
Il permet donc d'augmenter les performances de l'agriculture afin de répondre à la demande croissante de nourriture.

Sentant les enjeux financiers majeurs de cette découverte, faisant gagner du temps aux agriculteurs, Monsanto peaufine son produit.
Le glyphosate est une excellente affaire pour tous car les paysans gagnent du temps en ne désherbant plus leurs champs et voient leur productivité et leur rentabilité en nette hausse, tandis que la firme américaine, de son côté, engrange d'énormes gains financiers sur les ventes de ses produits.

Durant les années 1970, le glyphosate s'impose via le Roundup qui en est sa déclinaison commerciale.
Depuis l'an 2000, le brevet n'est plus la propriété exclusive de Monsanto mais les retombées financières demeurent très importante pour cette firme... expliquant sa combativité face à ses détracteurs.

Qui dit détracteurs, dit qu'il y a eu de fausses notes dans ce concerto trop bien joué. Quelles sont-elles ?

Ce qui joue contre le glyphosate

↪ Le docteur Moore

Ce docteur n'a rien à voir avec la loi de ... Moore 😉. Le "fait de gloire" de ce médecin et lobbyiste pro-Monsanto se déroula en septembre 2014 dans l’émission Spéciale Investigation sur Canal Plus. Je vous laisse apprécier son interview en visionnant la vidéo ci-dessous :

Cet échange a eu lieu suite à une campagne faisant état des effets néfastes du Roundup (nom commercial du glyphosate vendu par Monsanto) en Argentine. Le docteur Patrick Moore eut alors l'idée saugrenue d'affirmer qu'en boire un verre ne faisait pas de mal, avant de décliner l'offre que lui faisait le journaliste d'en absorber face aux caméras.
Cette vidéo devint virale et fit beaucoup de torts à l'image de cet herbicide, tout en ayant de fortes répercussions négatives auprès du grand public envers les industriels de ce secteur.

↪ Le Circ

image.png
Non, pas ce cirque !

Seule, une agence de l'OMS, le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) a classé, le 20 mars 2015, le glyphosate comme "probablement cancérogène". Le CIRC précise que ce classement est uniquement une estimation du danger, et que l'estimation du risque pour la population générale est du ressort des agences de sécurité sanitaire.
Rien de bien tranché finalement !

↪ Les Monsanto papers

En 2017, un scandale de grande envergure a éclaté, celui de la fuite des Monsanto papers.

image.png
Des divulgations qui interpellent !

Il s'agit de la divulgation de milliers de documents accablants (rapports internes, mails, mémos,...) qui montrent comment la puissante firme américaine a flirté avec la désinformation pour tromper l'opinion publique et comment elle enterrait les rapports qui ne lui convenaient pas tel celui du docteur James Parry.

Les Monsanto papers, déclassifiés au cours de l’été 2017, lèvent aussi le voile sur une activité éditoriale pas très honnête : le ghostwriting (écriture fantôme). Cette technique consiste à faire écrire des articles, voués à être publiés dans la littérature scientifique, par des salariés de Monsanto et à les faire signer par des chercheurs indépendants.... contre rétribution de ceux-ci. Cela permet de "crédibiliser" ces écrits et ce qu'ils contiennent. Les scientifiques qui prêtent leur nom, tels Henry Miller -chercheur à Stanford - ou David Kirkland, vendent leur notoriété à Monsanto.

↪ Le procès Johnson

image.png
Un procès retentissant

A l'été 2018, un jardinier dénommé Dewayne Johnson, utilisateur de Roundup dans le cadre de sa profession, a fait condamner, aux Etats-Unis, Monsanto.
Cet homme, âgé de 46, père de 2 enfants, est atteint d'un cancer incurable de la peau.

Pour la première fois, un tribunal, celui de San-Francisco, a considéré officiellement que l'usage d'un herbicide à base de glyphosate était la cause du cancer. Le montant du dédommagement a été fixé à 250 millions de dollars. Bien entendu, Monsanto, que ne s'estime ni coupable ni responsable a fait appel, ce qui ne les empêchera pas de devoir verser une amende réduite à 78 millions de dollars.

Que penser ?

image.png
Pour ou contre le glyphosate ?

Comme bien souvent, le monde se divise en 2 parties : les pour et les contre. Mais quels sont leurs arguments ?

Pour : 🌞

🌞 Monsanto n'y voit que du positif à travers les gains financiers énormes rapportés par le produit. Il en va de même pour tous ceux que cette société "achète".
🌞 De très nombreux agriculteurs ne souhaitent pas abandonner la molécule. Ce constat se vérifie d'autant que l'exploitation est grande.... gains de productivité et rentabilité.
🌞 Certains adeptes d'une solution rapide à la lutte contre la faim dans le monde.
🌞 Les autorités locales de la plupart des pays sont plutôt favorables à l'usage de glyphosate. (Le Sri-Lanka, l'avait totalement interdit avant d'annuler cette interdiction pour les plantations de thé et de caoutchouc...).
🌞 L'AESA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments) confirme que le glyphosate ne présente aucun caractère cancérogène (donc à l'inverse du CIRC).
🌞 ...

Contre : 🌪

🌪 Tous ceux qui prônent que le glyphosate est dangereux ... sans être forcément entendus !
🌪 Les agriculteurs adeptes du bio... mais qui se trouvent malgré tout, et de façon indirecte, exposés au glyphosate via les nappes phréatiques, la proximité des cultures et les vents.
🌪 Les abeilles en surmortalité à cause de ce produit.
🌪 Moi.... en vertu du principe de précaution !
🌪 ...

La difficulté actuelle est d'obtenir d'une part, un consensus politique - aussi bien au niveau national que mondial - sur l'interdiction de l'herbicide et, d'autre part, un consensus scientifique quant à sa dangerosité !
De son côté, la France a interdit, depuis le 01/01/2019 l'utilisation dans les jardins publics et privés de produits contenant du glyphosate. C'est un bon début mais probablement insuffisant !
Qu'en pensez-vous ?

Comments

Sort byBest